Dans sa grâce, Dieu ne vous évite pas lorsque vous êtes affligé. Il y a de multiples passages dans la Parole où le Seigneur lui-même accepte et comprend la souffrance. Votre peine ne l’effraie pas, ne le trouble pas au point de vous éviter comme pourrait le faire un ami impuissant.

Les plus beaux rêves, les chants les plus émouvants, et les poèmes qui font tressaillir notre âme, naissent souvent lors de temps de souffrance intense.Dernièrement, j’ai vu un documentaire où des pauvres se sont retrouvés par centaines sur le parking d’une grande surface. Par conséquent, les clients habituels n’osaient plus venir, les conditions précaires de ces personnes les incommodaient. Devant tant de souffrance, les consommateurs étaient dérangés. Ils préféraient contourner la désolation et se rendre dans un autre magasin, à plus de trente kilomètres, plutôt que d’être confrontés à l’indigence.

J’ai une bonne nouvelle à vous annoncer : le Seigneur ne vous contournera pas pour vous éviter. Non, il désire vous rejoindre là où vous êtes, dans votre affliction, et vous restaurer. Aujourd’hui, si vous n’avez plus la force de prier, et que les pleurs remplacent les mots, n’oubliez pas que le Christ recueille vos larmes qui expriment vos supplications, votre désespoir.

Les plus beaux rêves, les chants les plus émouvants, et les poèmes qui font tressaillir notre âme, naissent souvent lors de temps de souffrance intense. Oui : « Celui qui pleure quand il sème criera de joie quand il moissonnera. Il part en pleurant pour jeter la semence ; il reviendra criant de joie, chargé de ses gerbes de blé » Psaumes 126.5-6.

Une prière pour aujourd’hui

Seigneur, je sais que tu « entends » mes larmes et que tu ne contournes pas ma souffrance. Merci pour ta présence à mes côtés, amen.

Patrice Martorano

Write a comment:

*

Your email address will not be published.

© 2013 Eglise Bordeaux rive droite |Squid-impact.
Suivez-nous: